Drusenheim Alsace, France

Avant le début des hostilités de la Seconde Guerre Mondiale en France, le gouvernement décida d’évacuer la population des communes situées le long de la frontière avec l’Allemagne. Ainsi plus de 1000 habitants de Drusenheim (et 300 habitants d’Ennery en Lorraine) furent accueillis pendant plusieurs mois à Saint-Léonard de Noblat.

Par cette présence, mariages, naissances entre les habitants des deux communes témoignent des liens forts d’amitiés qui se sont créés. En 1969, à l’initiative des maires Pierre Schott (Drusenheim) et René Barrière (Saint-Léonard de Noblat), les premières journées de l’amitié ont eu lieu. Depuis, tantôt à Drusenheim, tantôt à Saint-Léonard, elles sont l’occasion de grands rassemblements sportifs, culturels et festifs.

Balesti Vrancea, Roumanie

À la fin des années 1980, l’Europe de l’Ouest découvre (par l’intermédiaire d’un message caché dans une poupée) la volonté du dictateur roumain Nicolae Ceausescu de raser les vieux villages dans le cadre de sa politique de l'”homme nouveau”. L’association franco-belge “SOS villages roumains” fût créée afin d’associer symboliquement le nom d’un village roumain à celui d’une commune française ou belge, afin que, même si le village venait à être rasé, son nom ne disparaisse pas. À l’initiative de Claude Roudeau, la commune et le maire de l’époque, Claude Andrieu, décident d’adhérer au dispositif. Un village roumain, Balesti, est tiré au sort pour être associé à St Léonard. Après la chute du mur de Berlin, Claude Roudeau se rend sur place, puis une première petite délégation officielle, menée par Robert Clamont, adjoint au maire. Deux associations sont créées de part et d’autre : Saint-Léonard-Balesti et Balesti-Saint-Léonard et des échanges avec des jeunes de la commune ont lieu régulièrement. Le jumelage est officiellement acté en 2013 par les maires Stancu Balescu (Balesti) et Christine Riffaud (Saint-Léonard).

Séguénéga Yatenga, Burkina Faso

En 1962, lors du concile de Vatican II, les évêques des diocèses de Limoges et de Ouahigouya se retrouvent assis côte à côte et se lient d’amitié. En découle un jumelage entre les diocèses qui essaimera quelques années plus tard au niveau des paroisses. La paroisse de Séguénéga se retrouve ainsi jumelée avec les deux paroisses du Pays Monts et Barrages (Saint-Léonard en Limousin et Saint-Anne des Monts et Rivières en Limousin). Une association “Les amis de Séguénéga” voit le jour. Puis, en 2006, une loi de décentralisation au Burkina créé les communes. Dès son élection en 2007, le premier maire, Mamadou Beloum, prend contact avec la municipalité de Saint-Léonard via l’association des amis de Séguénéga. Une première délégation se rend sur place en 2008 avec deux adjoints au maire, Patrick Descharles et Alexandre Mazin. Les liens entre les deux communes sont actés en 2013.

Signe plus rouge de renseignements

Par ailleurs, saint Léonard, dont notre commune porte le nom, a donné son nom à de très nombreux lieux en Europe et dans le Monde (plus de milles recensés à ce jour). Afin de développer des liens entre tous ces lieux, la commune adhère, depuis sa création en 2016, à l’association FIL_Léo (Fédération Internationale des Lieux et associations en lien avec saint Léonard).

Plan de ville

Dernières actus

L'agenda

Il n'y a pas d'événements à venir pour le moment.

Pin It on Pinterest